Musicothérapie et troubles de l’apprentissages

La musique peut agir sur les troubles de l’apprentissages et entre autres, sur la dyslexie. Elle a donc des effets thérapeutiques.




Qu’est- ce que la dyslexie ?

La dyslexie est un trouble de l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe, lié à une difficulté pour différencier les lettres et les syllabes (comme BA et PA). Aussi cela entraine chez Les enfants des difficultés pour lire et écrire qui peuvent perdurer parfois à l’âge adulte.


Le cerveau et ses zones actives

La relation entre la musique et la dyslexie réside dans le cerveau. Certaines zones qui s’activent durant la pratique musicale sont les mêmes ou sont très proches de celles qui sont sollicitées pendant l’apprentissage. Les zones traitant la musique et le langage ne sont pas complètement séparées.


« Il existe en effet des zones traitant uniquement la parole ou le langage. Mais on trouve également dans le cerveau des zones pouvant traiter les deux, de manière simultanée ou par intermittence. Dans ce dernier cas, si une zone est sollicitée et améliorée pour l’une des activités, l’autre l’est forcément ! Les changements vont toujours dans les deux sens. » (extrait de Dyslexie et musique: ça marche !)


D’une manière plus précise, certaines zones de l’hémisphère gauche ne s’activent pas assez durant la lecture. Les connexions entre les zones visuelles, auditives et motrices du cerveau associées dans la lecture ne sont pas assez efficientes.


La musicothérapie peut donc aider à développer les capacités cognitives. Un enfant qui apprend un instrument, stimule tout à la fois les aires visuelles, auditives et motrices. "Un enfant qui apprend un exercice musical avec un instrument met en relation la vision, l'audition et la motricité. Ce qui permet de développer les circuits importants pour la lecture, le calcul et l'écriture", explique le neurologue Michel Habib. (extrait d’un article Médecine : quand la musique soigne la dyslexie)


Le piano et ses atouts

Grace à la pratique du piano qui est un instrument polyphonique, se développent beaucoup de facultés associées au savoir- faire mais aussi au savoir – être.

  • l’écoute,

  • le rapport avec le rythme,

  • Le rapport avec le temps : savoir garder le tempo, la pulsation

  • La notion d’harmonie,

  • L’indépendance des 2 mains,

  • Une utilisation fine des 2 mains (motricité plus grande et activation des réflexes qui relient la main le cerveau et l’oreille)

  • S’avoir anticiper (comme dans la lecture)

  • La mémoire


Apprendre en s'amusant


Cela nécessite pour l’enfant de développer des qualités telles que la persévérance, la patience, l’acceptation de répéter et de s’entrainer d’une manière bien régulière tout en apprenant à s’amuser.

Le cerveau limbique qui gère les émotions est responsable de l’apprentissage et de la mémorisation. Il est capital que l’enfant aime ce qu’il fait et développe cette activité pour en faire une passion qui pourra devenir alors un art, lui apprenant à cultiver ensuite au quotidien un art de vivre, le goût du beau, véritable nourriture pour l’Âme…

C’est tout un programme de Vie qui se cache dans cette graine cultivée au quotidien.


Ce que je propose


Des exercices rythmiques à l’aide de différentes percussions afin de développer les notions de pulsation, de rythmes qui structurent le temps, l’écoute, la répétition…

Les parents sont sollicités durant cette pratique. Ils sont invités à participer au même titre que l’enfant. Jouer ensemble amène une nouvelle relation, de nouveaux échanges intéressants surtout lorsque les parents n’ont jamais fait de musique et sont néophytes comme leur enfant. Les rires peuvent fuser. La complicité et la valorisation peuvent être très présentes et donner envie de poursuivre à la maison…

Cela développe aussi une concentration sur soi, sur son propre jeu et une dissociation de l’autre avec son jeu et sa partie sonore.


Une découverte du piano avec utilisation des deux mains, développement de leur indépendance, une écoute qui s’ouvre à l’harmonie, la polyphonie, sa propre créativité…

Grace à ces deux pratiques, l’enfant active la mémorisation, le goût pour la répétition, la concentration.

Si la musicothérapie peut beaucoup aider dans les troubles de l’apprentissage, la kinésiologie peut venir aussi en complément de l’orthophonie et de la musicothérapie.


PS : Bien que la musique puisse être très profitable pour l’épanouissement de l’enfant et efficace pour les troubles de l’apprentissage, elle ne peut se substituer à la rééducation chez un orthophoniste. Elle peut s’inscrire avec merveille en complément de celle-ci.


Je vous propose de vous inscrire à notre Newsletter

afin de recevoir les derniers articles

et le programme chaque mois





0 commentaire

Posts similaires

Voir tout